Marche

Politique: Le double objectif de la marche du CAP 2015, montrer ses biceps au pouvoir et « remettre à leur place » les velléités émergeant au sein de l’opposition

A la Une, Actu en continu, Politique Aucun commentaire sur Politique: Le double objectif de la marche du CAP 2015, montrer ses biceps au pouvoir et « remettre à leur place » les velléités émergeant au sein de l’opposition 52

La coalition des 6 partis de l’opposition dont les Fdr de Me Apévon, le Parti des Togolais de Nathaniel Oympio et le Togo Autrement de Fulbert Attisso, s’est désolidarisée de l’appel à la marche de protestation lancé par le Cap 2015. Intervenu ce lundi 31 juillet sur la radio Victoire Fm, Jean-Pierre Fabre, président de l’Anc et chef de file de l’opposition, a exprimé son incompréhension de cette décision du Groupe des 6. « Ils ont dit qu’il vaudrait mieux reporter cette marche à plus tard », a-t-il précisé sans pour autant donner des explications sur les motivations de la décision en question. Mais le président de l’Anc a concédé que si les coalisés du Groupe dit des 6 ont tenu à créer un autre groupe à la marge de celui du Cap 2015, c’est parce qu’il existe bien une différence entre les deux franges de l’opposition. Là encore, Jean-Pierre Fabre n’a pas tenu nécessaire d’expliciter ce à quoi tient cette différence. Sans doute a-t-il préféré laisser l’opinion faire son jugement sur les non-dits qui ont meublé son intervention.

Seulement l’opinion en question n’est pas sortie édifiée du débat produit par le chef de file de l’opposition. Elle estime au contraire que le président de l’Anc a semblé être pris au dépourvu dans un certain nombre de dossiers d’actualité sur lesquels son avis était vivement attendu. Au nombre de ces dossiers, figurent justement ceux de la non participation du groupe des six à la manifestation du jeudi 03 Août et de Tikpi Atchadam qui n’est pas non plus associé à la marche mais dont on sait qu’il a rendu récemment de très bonnes copies en matière de mobilisation de masse.

De l’avis de certains observateurs, Jean-Pierre Fabre a la tâche difficile parce qu’il joue concomitamment sur deux fronts : un combat frontal contre le régime en place et un autre, plus feutré celui-là, contre d’autres leaders en quête d’émergence des rangs de l’opposition. De ce côté-ci, il s’agit d’un combat de positionnement et de leadership. Tout comme à la présidence de la république il n’y a  qu’une seule place, l’opposition n’offre non plus un organigramme en pyramide inversée. Il semble alors que c’est au nom de ce schéma que le chef de fil de l’opposition s’assujettit à une logique de démonstration de force de préférence assumée par l’Anc au sein d’une coalition politique où presque tous les autres associés, ne tiennent que des rôles de figurants. Une telle configuration risque d’être mise à  mal avec Apévon ou Atchadam qui ne cachent pas non plus leurs crocs.

L’Anc a donc de bonnes raisons d’aller seule à la marche du 03 Août. De cette manifestation, il espère pouvoir démontrer de nouveau sa popularité autant en face du régime que vis-à-vis de ses concurrents de l’opposition afin de taire ces malveillantes supputations qui le disent en chute dans l’opinion. Si la réussite est effectivement au rendez-vous du 03, l’Anc n‘aura qu’à désigner du bout de menton la place qui revient aux membres du Groupe des six qui ne paraitront alors à ses yeux que telles de verrues qui lui pendent au flanc.

Bien entendu, au Groupe des six, on affûte les armes pour le même test de popularité. Ce sera à un moment plus opportun où la tension sociale sera nettement plus lisible. Avec un test réussi, le Groupe à Apévon s’assure que sa voix ne se perdra pas dans les raffuts de la machine du Cap 2015.

 

 

 

Recherche

Retour au debut