IMG-20170509-WA00061

Musique: « Faire ma propre musique sans me soucier des tendances. », Valentine Alvares

A la Une, Actu en continu, Culture-Musique & Mode, Musique Aucun commentaire sur Musique: « Faire ma propre musique sans me soucier des tendances. », Valentine Alvares 55

 

Je suis très attachée au combat que je mène avec d’autres artistes internationaux au côté de l’Unesco pour le retour de l’histoire générale de l’Afrique sur le continent. L’histoire des peuples Africains est maintenant connue, mais elle reste très inaccessible. Je me bas pour qu’on enseigne notre histoire dans toutes les écoles car je pense que c’est avec sa propre histoire qu’on construit son avenir.

Découverte par l’Agence de Communication àprésent, la chanteuse de zouk, Valentine Alvares, est arrivée à s’imposer avec sa musique empreinte de sonorités africaines. En seulement deux ans on la retrouve sur toutes les chaines de télévision et dans la presse togolaise en général. En ce début d’année elle a sortie son tout premier album « Et la musique & les mots » Ebène Radio est allé à sa rencontre pour mieux la découvrir.

Ebène Radio est allé à sa rencontre pour mieux la découvrir.

Ebène Radio : Bonjour, Valentine Alvares  pourriez-vous vous présenter à nos lecteurs?

Valentine Alvares : Je suis la femme mystère, celle que personne ne connaît jamais vraiment (rire). Plus sérieusement je suis togolaise née au Togo de parents togolais. Mon nom à consonances caribéenne vient d’un de mes lointains ancêtres.

ER : Oui Valentine Alvares, vous l’avez dit vous-même vous êtes une  femme mystère, et aussi une artiste. Dites-nous ce qui se cache derrière l’histoire de votre musique ?

VA : La musique est toute l’histoire de ma vie. Dans mon enfance, aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours chanté. Viennent ensuite toutes les découvertes et rencontres musicales que j’ai faites et mon style s’est créé comme ça, naturellement.

ER : Vous faites dans le zouk et depuis plus de deux ans et vous avez déjà mis sur le marche dix vidéos, alors dites nous comment vous y prenez alors que tous les artistes rament à contre courant ?

VA : C’est sans doute moi qui suis à contre courant ou en tout cas je suis seule sur ma rivière, (rire). Je ne veux pas suivre un style, suivre une mode, je me suis permis cette liberté de pouvoir faire ma propre musique sans me soucier des tendances.

ER : Un album, 11 titres déjà disponible, parlez-nous de cet album, pourquoi ce titre la musique & les mots ?

VA : Ce qu’il y a de bien avec un album, c’est qu’on peu prendre son temps pour le faire découvrir. Ce n’est pas un format « fast-food ». Je suis sûre que cet album va s’installer dans le paysage musical petit à petit au Togo comme dans le monde, car il est distribué par Absilone en France qui a un réseau très puissant.

La musique & les mots est une phrase tirée de la chanson «  Je suis libre » et veut dire ceci. Ma liberté, je l’obtiens grâce à la musique et aux mots. Dans une chanson, j’attache autant d’importance à l’écriture des textes que de la musique.

ER : Vous êtes proche du public togolais par vos clips, c’est une réalité, mais on ne vous voit presque pas du tout sur les scènes ici au Togo expliquez-nous ?

VA : J’adore la scène et le contact avec le public. C’est quelque chose de magique,  J’aime bouger, j’aime danser, j’aime mettre le feu et je prépare actuellement avec de nouveaux musiciens le show que vous verrez prochainement en concert et en tournée.

ER : 2016 vous étiez sur les grands panneaux en ville et à travers le pays posant en publicité pour une grande société togolaise, alors dites-nous c’est une fois en passant ou vous y faites carrière également ?

VA : C’était un concours de circonstance, un heureux hasard ! Cela dit je trouve très bien que les marques et la pub s’intéressent  aux artistes togolais car il n’y a pas tant de sources de revenus pour nous.

ER : Revenant à votre musique je dois dire que vos chansons tournent autour de la condition humaine (osons, d’où je viens, où sont les hommes) d’où vous viennent donc toutes ces thématiques ?IMG-20170509-WA00071

VA : Pour moi les chansons permettent de véhiculer un message. Un message d’amour bien-sûr, mais aussi de représenter la vie que l’on mène avec ses joies et ses rêves, ses difficultés ses espoirs. Je me mets dans la peau d’un public à l’autre bout du monde qui voudrait connaître un peu plus de la jeune togolaise que je suis.

ER : Et votre dernier titre sur l’album m’amène à vous poser cette question : à qui vous vous adressez et pourquoi donc ?

VA : Barbara est ma future fille dans un monde imaginé. C’est aussi ça la chanson ! Pouvoir rêver sa vie et faire en sorte que vos désirs se réalisent, comme je l’avais fait sur le titre « Bond Bond Bond » où James Bond débarquait à Lomé et tombait amoureux de moi (rire)

Toute future maman est inquiète de l’avenir de la planète pour son enfant et je dis à Barbara, nous avons fait ce que nous avons pu, à toi de participer à rendre ce monde meilleur.

ER : Que dire pour finir ?

VA : Je suis très attachée au combat que je mène avec d’autres artistes internationaux au côté de l’Unesco pour le retour de l’histoire générale de l’Afrique sur le continent.

L’histoire des peuples Africains est maintenant connue, mais elle reste très inaccessible. Je me bas pour qu’on enseigne notre histoire dans toutes les écoles car je pense que c’est avec sa propre histoire qu’on construit son avenir.

Propos recueillis par Warhyss da TEBIE

Pour plus de Valentine Alvares allez sur http://valentinealvares.com/

Egalement disponible sur https://itunes.apple.com/fr/album/la-musique-les-mots/id1211818631

Recherche

Retour au debut