pur3

Du paradoxe du processus de la réconciliation au Togo: les purifications de la discorde

A la Une, Actu en continu, Politique Aucun commentaire sur Du paradoxe du processus de la réconciliation au Togo: les purifications de la discorde 48

Ce jeudi, 06 juillet, a été retenu pour l’apothéose des cérémonies traditionnelles de purification. Les cérémonies ont lieu sur toute l’étendue du territoire nationale. A Lomé il y a eu sacrifice de boucs en robe blanche avec entre les pattes, des coqs à crêtes protubérantes. Mais comme on pouvait s’y attendre, les controverses quant à l‘opportunité et la pertinence de ces rituels, n’ont d’égale en ferveur que la polémique sur les réformes politiques.

Connaissant l’aversion que nourrissent les partis politiques de l’opposition pour le processus de réconciliation mené tambour battant par le Haut commissariat à la réconciliation et au renforcement de l’unité nationale(Hcrrun), il n’est guère surprenant qu’au jour J du démarrage des cérémonies de purification, qu’ils se montrent indifférents.

Cependant, invité ce jeudi à la radio Victoire FM, le Secrétaire général adjoint et chargé des affaires politiques de la Cdpa, Pascal Adoko a déclaré, parlant des cérémonies en question « qu’on joue de la comédie » se référant ainsi à la célèbre pièce de théâtre du même titre du dramaturge togolais Agbota Zinsou. Il est dans son rôle d’opposant politique celui-là, serait-on tenté de dire, si la controverse n’était pas portée par une frange bien plus large des populations togolaises.

Déjà à la veille desdites cérémonies, la télévision togolaise avait présenté différents acteurs du processus dans un débat, oh combien révélateur des contradictions sur le sujet.
Le représentant du Révérend Djakouti Mitré, président des églises pentecôtistes presbytériennes avait déclaré qu’il est plutôt hors normes qu’on parle de pardon, de réconciliation et de cérémonie d’expiation sans parler de l’urgence de la contrition ou de confession. Une déclaration « si grave » qu’elle a appelé une réaction immédiate et autoritaire du directeur des cultes au Ministère de l’Administration territoriale et des collectivités locales.
Celui-ci a exprimé la nécessité que les débats ne tournent en vrille mais qu’ils collent au plus près leur objet c’est-à-dire, le contenu du programme des cérémonies. Ce à quoi le représentant du Révérend Mitré a rétorqué que « de toutes les façons, l’acte de rémission des péchés ou de pardon ne relève pas de la compétence des hommes de Dieu, mais de Dieu». Et d’ajouter : « Nous, nous ferons nos prières pour la paix et la réconciliation comme convenu ».

Ce jeudi, l’atmosphère ne fut pas moins pesante sur les lieux des cérémonies à Bè où les prêtres traditionnels ont fait une déclaration dégoulinante d’énigmes : « les cérémonies faites ce jour ne sont qu’une première étape, le reste dépend du gouvernement ».

Les cérémonies se poursuivent demain vendredi avec la prière musulmane et prendront fin dimanche avec les cultes chrétiens.

C’est sûr, dimanche prochain, Awa Nana, président du Hcrrun, tiendra ces cérémonies. Pour autant aura-t-elle réussi à purifier le Togo ? On n’en sait rien. Mais elle peut être certaine d’une chose : nombre de togolais restent songeurs quant à sa capacité à obtenir le pardon du peuple pour les bourreaux et par delà, la réconciliation.

Recherche

Retour au debut